Cellular Clipping

EN BREF

Le Cellular Clipping™ est une technologie déposée Thrilltone qui permet de générer des saturations expressives et précises, grâce à des réseaux d’écrêtement complexes intégrés au circuit électronique.

Utilisée dans un overdrive, cette technologie apporte avec une transparence remarquable, le « gras » recherché dans l’overdrive sans pour autant sacrifier l’expressivité et la finesse du son. Déclinée en distorsion, elle apporte l’explosivité et la définition qui fait si souvent défaut aux distorsions conventionnelles.

POUR CEUX QUI ONT UNE ASPIRINE SOUS LA MAIN

L’overdrive et la distorsion sont des effets de saturation qui consistent à écrêter prématurément le signal de la guitare afin d’y ajouter des harmoniques et de créer des sonorités plus consistantes et plus « grasses ». Assez logiquement, le rendu de la saturation dépend très largement de la « brutalité » avec laquelle l’écrêtement est appliqué. Ainsi, un écrêtement brutal produira une saturation violente typique des distorsions et un écrêtement doux produira des saturations douces caractéristiques des overdrives. On parle alors de « hard clipping » vs « soft clipping ».

Un peu de théorie appliquée à l’overdrive

Si on s’intéresse au cas de l’overdrive, l’objectif est de reproduire la saturation chaude et naturelle d’un ampli à lampe. L’option choisie est donc naturellement celle du soft clipping. La plupart des overdrives mettent en œuvre un amplificateur dont la sortie est saturée prématurément par des diodes de clipping, placées dans une boucle de contre-réaction. Le caractère de l’overdrive, sa dynamique, sa transparence, dépendent principalement des caractéristiques intrinsèques de ces diodes de clipping et quelle que soit la technologie retenue, elles ont toutes des caractéristiques assez franches et brutales. Comment donc imiter les saturations douces, progressives et subtiles des amplis à lampe en utilisant des composants aux propriétés quasi binaire ? En matière de mimétisme, il faut bien avouer que l’usage de simples diodes est assez inadapté, tant leurs caractéristiques sont dénuées de nuances.

C’est précisément pour pallier  ce manque de nuances que la technologie « Cellular Clipping™ » a été mise au point.

Contrairement aux structures classiques de « soft clipping » où l’écrêtement est provoqué intégralement par un unique réseau de diodes, un overdrive doté de la technologie « Cellular Clipping™ » dispose d’une multitude de cellules d’écrêtement partiel qui s’additionnent progressivement jusqu’à l’obtention de l’écrêtement total. En termes « simples », l’augmentation de l’amplitude du signal traité active une première cellule de clipping partiel. Cette première cellule permet de ralentir légèrement l’augmentation du signal. A mesure que le signal continue d’augmenter, une seconde cellule de clipping partiel s’active et ralentit à son tour l’augmentation du signal, puis une troisième, puis une quatrième  et ainsi de suite…  Lorsque l’ensemble des cellules sont activées, le signal traité cesse d’augmenter, l’écrêtement est total. Ainsi, pour que l’écrêtement soit total,  le signal doit nécessairement passer par des phases transitoires successives ce qui permet d’assurer une réelle progressivité de l’écrêtement.

C’est bien joli, mais qu’est que ça veut dire en pratique ?

A titre d’exemple, sur une Tube Screamer, l’écrêtement du signal, qui permet de générer les saturations, est intégralement fourni par deux diodes au comportement pour le moins binaire. Du coup, le contenu harmonique est délivré assez brutalement, ce qui donne parfois à l’overdrive ce côté « baveux » pas toujours élégant.  Dans le cas du Cellular Clipping™, l’écrêtement est « dilué » dans une douzaine de cellules, qui s’activent les unes après les autres, en fonction de la dynamique de jeu. Pour schématiser, plus on tape fort, plus on active de cellules et plus on créé de la richesse harmonique… C’est le retour de l’expressivité dans les pédales d’overdrive !

Et pour la disto, ça marche aussi ?

Ce qui est intéressant dans la technologie Cellular Clipping™, c’est qu’elle peut tout à fait se décliner en distorsion, en suivant une approche plutôt orientée « hard clipping ». Dans ce cas, le recours à un ampli de type Cellular Clipping™ permet d’ajouter beaucoup de gain et de préserver la dynamique, sans pour autant « maltraiter » le signal comme sur les distorsions conventionnelles. Ainsi, on obtient une distorsion qui revêt toutes les caractéristiques du Cellular Clipping™ : un grain naturel, de la dynamique, de l’explosivité, et une définition remarquable quel que soit le type de jeu.

Conclusion

Le « Cellular Clipping™ » replace donc l’expressivité au centre du jeu, puisque la dynamique des attaques permet de moduler le nombre de cellules activées, et donc la richesse harmonique générée.

Par ailleurs, la progressivité de l’écrêtement apportée par le « Cellular Clipping™ » permet de restituer plus fidèlement la rondeur et la chaleur des saturations d’amplis à lampe et de maintenir une précision de jeu même à fort gain, sans commune mesure avec les structures de saturations conventionnelles.

 

made_in_france cellular_clipping